La Revue en ligne




Éditée par l'équipe Barthes de l’Institut des textes et Manuscrits modernes, «Revue Roland Barthes» est une revue électronique bi-annuelle qui a pour vocation de promouvoir l'actualité de la recherche sur Roland Barthes. Elle publie des travaux de génétique et de critique sur Barthes, et fait le point sur l'actualité barthésienne, tant en France qu'à l'étranger. Largement ouverte aux doctorants et jeunes chercheurs comme aux chercheurs confirmés, cette revue accueille des contributions, en langue française, ou en anglais, après avis d’un comité de lecture comprenant plusieurs experts.






# Numéro 2

Barthes à l'étranger

Claude Coste (dir.)

Été 2015


  • Claudia AMIGO PINO & Laura BRANDINI, « De l’incompréhension, de la création, des œillets : Barthes au Brésil et au Portugal »

  • Claude COSTE & Rhida BOULÂABI, « Barthes et le monde arabe : un malentendu  »

  • Guido MATTIA GALLERANI, « Barthes et l’Italie : voyages, collaborations, traductions, réception, études »

  • Magdalena MARCINIAK, « Roland Barthes et l’étrangère »

  • Alexandru MATEI, « Y a-t-il un "transcendantal" Roland Barthes ? Les années 1940. »

  • Leda TENORIO DA MOTTA, « Au Brésil comme en France. Le langage qui parle du langage. »

  • Lucy O'MEARA, « Barthes: hérétique consacré? »

  • Ester PINO ESTIVILL, « Barthes en España y Argentina »

  • Han QUIAN, « La réception de Barthes en Chine »

  • Yue ZHUO, « Barthes "politique" : du théâtre à l’idiorrythmie »






# Numéro 3

Roland Barthes en revues (1942-1980). Effets de série, contextes de publication et réception des articles de R. Barthes

Jacqueline Guittard & Magali Nachtergael (dir.)

Printemps 2016


En 1998, avec l’édition des Œuvres complètes, les lecteurs de Roland Barthes découvrent tout un pan de son œuvre jusque-là resté invisible : ses publications périodiques.

En effet, en France comme à l’étranger, ce sont près de 330 articles qui ont été livrés aux revues, aux magazines et aux quotidiens entre 1942 et 1980. Et il n’y eut pas moins de 118 titres différents pour les accueillir depuis Existences, la revue des étudiants en sanatorium, jusqu’au Nouvel Observateur pour lequel Roland Barthes s’est essayé à de nouvelles mythologies. Au-delà de l’apparente hétérogénéité des médias d’accueil, la publication des articles suit pourtant une ligne claire. On observe en premier lieu des contributions régulières et engagées, inscrites sous les tutelles successives – et parfois simultanées – de la démystification, du théâtre et de la sémiologie. Combat, Lettres nouvelles, Esprit, Théâtre populaire et Communications ont été à cet égard des supports privilégiés. On note en second lieu un changement de régime approximativement situé au début des années soixante ; il est marqué par « l’abandon » de la régularité au profit d’une diversité plus large qui admet à la fois les revues de critique littéraire comme Manteia (Marseille, 1967), les revues sociologiques (Annales), les revues avant-gardistes (Artpress,L’Humidité) ainsi que des magazines populaires tels que Playboy ou Vogue Hommes. C’est également à partir de ce moment que les articles cèdent le pas devant une autre forme d’expression, celle des entretiens publiés. Dès lors, ce sont surtout les grands quotidiens et les magazines d’information générale qui accueillent la parole de Barthes, ou encore la légende de son œuvre proférée par lui-même. Le Monde, Le Figaro littéraire, L’Humanité, Libération, L’Express, Le Nouvel observateur en furent les principaux vecteurs.

À passer Barthes en revues, nous nous donnons comme projet de restituer une parole dans son actualité, qu’il s’agisse du contexte de sa production comme des modalités de sa réception. On cherchera à mesurer l’effet de sérialité dans le progrès d’une pensée et d’une écriture, de mettre au jour la façon dont les articles, les critiques et les chroniques peuvent donner naissance à un ouvrage (Mythologies et Essais critiques, par exemple). S’il est arrivé que Barthes publie dans des magazines, il en lisait aussi et y puisait un matériau abondant : Match et Elle ont alimenté de façon notoire les Mythologies tandis que Rolling Stone, Photo et les hors-séries du Nouvel Observateur ont fourni les photographies autour desquelles La Chambre claire a été élaborée.


Dans la perspective d’un numéro de revue destiné à paraître en avril 2016, les contributions pourront porter sur :

  • Barthes et Théâtre populaire
  • Barthes et la revue Communications
  • Barthes et les revues littéraires
  • Barthes dans les revues d’avant-garde et d'art
  • les entretiens et textes de Roland Barthes parus dans des périodiques (titres de presse, magazines, revues)
Toutes autres pistes liées aux publications de Barthes en périodiques sur lesquelles les auteurs souhaiteraient travailler sont les bienvenues.

Les propositions sont à envoyer jusqu’au 31 juillet 2015 à jacqueline.guittard@orange.fr et nachtergael@univ-paris13.fr.

Les articles seront à rendre pour le 15 janvier 2016.



Comité de Direction



  • Claude COSTE
  • Eric MARTY
  • Mathieu MESSAGER

Comité de lecture



  • Claudia AMIGO PINO (Brésil et pays lusophones)
  • Neil BADMINGTON (Royaume-Uni et pays anglophones)
  • Bernard COMMENT (France)
  • Marie GIL (France)
  • Ottmar ETTE (Allemagne)
  • Yoshiko ISHIKAWA (Japon)
  • Diana KNIGHT (Royaume-Uni et pays anglophones)
  • Julia KRISTEVA (France)
  • Kohei KUWODA (Japon)
  • Sophie LÉTOURNEAU (Canada)
  • Marielle MACÉ (France)
  • Francesca MAMBELLI (Italie)
  • Magali NACHTERGAEL (France)
  • Ester PINO (Espagne et pays hispanophones)
  • Tiphaine SAMOYAULT (France)
  • Philippe ROGER (France)
  • Andy STAFFORD (Royaume-Uni et pays anglophones)

Comité d'édition



  • Adrien CHASSAIN
  • Charles COUSTILLE
  • Lise FORMENT
  • Fanny LORENT
  • Francesca MAMBELLI
  • Ester PINO
  • Cécile RAULET